Un coach designer pour la journée FabLab

Top chrono !  Après une rapide présentation, les 10 groupes sont  répartis en plusieurs pôles et imaginent d’ores et déjà leur fablab rêvé thème fédérateur de la journée des Imaginaires du Savoir 2013 à Cap Sciences. Zoom sur Jean-Christophe Karich, designer industriel, l’un des animateurs de la journée.

DSC_00031

Jean-Christophe Karich accompagne les participants pendant toute la journée

« Je suis là en animateur papillon, je vais répondre aux questions des groupes sur la faisabilité de leur invention« , explique Jean-Christophe Karich, designer industriel.

Après ses études dans le domaine, débutées au Chili et terminées à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs à Paris, il devient professeur dans les locaux et donne actuellement des cours à tout type d’étudiants, du futur architecte d’intérieur aux étudiants spécialisé dans le textile sur l’interactivité appliquée aux objets : « Je leur explique les défis d’aujourd’hui, par exemple comment fait-on pour intégrer de l’électronique dans le textile, pour recharger leur batterie de portable par exemple ». 

La boussole thermique, concept typiquement réalisable dans un FabLab 

Mais l’activité principale de Jean-Christophe Karich, c’est de créer des produits à prototypage rapide. 

Récemment, il a développé un concept de boussole thermique, le g.i.p.s, qui permet de s’orienter dans une ville grâce au principe du « chaud-froid.

En designer critique, Jean-Christophe cherche à libérer la vue de l’utilisateur : le GPS qui enregistre la destination est reliée à un module à effet Peltier. Sous l’effet d’un voltage, le module génère rapidement du chaud ou du froid, et transmet l’information à la coque. « Tu fais un pas qui te rapproche de ton point d’arrivée ? La coque devient chaude. Tu t’en éloignes ? Elle refroidit ».

Ainsi dans une ville étrangère, l’utilisateur peut trouver sa route sans regarder une carte. « Le promeneur évite les voies sans issue et peut s’écarter du chemin le plus court pour réaliser un trajet aléatoire. » L’objet est réalisé grâce à des machines que l’on retrouve dans les FabLab, comme une imprimante 3D.

Le produit, qui a bien plu, a été vendu lors d’une exposition de design.

Dix autres exemplaires ont été fabriqués pour l’organisation d’une nuit blanche prochainement à Amiens.

gips2

Boussole thermique qui oriente son utilisateur grâce à sa température

« L’utilisation d’un FabLab me parait essentiel pour modéliser rapidement une idée et mieux se rendre compte de ses limites » continue le spécialiste. 

« Mon objectif pour la journée, c’est qu’on puisse trouver des points d’interconnexion entre les différentes idées développées pendant la journée, pour éventuellement développer un FabLab commun grâce à ces sujets complémentaires ». 

On atteint avec impatience le résultat de ces réflexions pour savoir si un tel projet est réalisable. 

Elsa Dorey, journaliste Cap Sciences